Mgr Pierre-Herman DOSQUET

04. Mgr Pierre-Herman Dosquet
Dachowski Photography ©AAQ

Mgr DOSQUET (1691-1777)
Coadjuteur 1728
4e évêque de Québec, 1733-1739


NOTICE: Jean LeBlanc, Dictionnaire biographique des évêques catholiques du Canada : les diocèses catholiques canadiens des Églises latine et orientales et leurs évêques : repères chronologiques et biographiques 1658-2012, Montréal, Wilson & Lafleur, 2e éd., 2012, pp. 451-453.
Avec l’aimable autorisation de la Maison d’édition, 17 mai 2019.


Né le 4 mars 1691 dans la principauté de Liège en Belgique, fils d’un marchand, il entra le 18 février 1715 au séminaire de St-Sulpice à Paris, fut ordonné prêtre le 24 septembre 1718, et se joignit aux Messieux de St-Sulpice en 1720, faisant son année de solitude à Issy. Envoyé à sa demande au Canada, il arriva à Ville-Marie

(Montréal) en juillet 1721 et devint aumônier des Sœurs de la Congrégation de Notre-Dame, tout en faisant du ministère à la paroisse Notre-Dame jusqu’en 1723, puis retourna en France, le climat canadien ne lui étant pas favorable, et y assuma le supériorat du séminaire de Lisieux (1723-1725). Il passa en décembre 1725, avec l’assentiment de ses supérieurs, au séminaire des Missions étrangères de Paris menacé de s’éteindre faute de sujets, en fut nommé l’un des directeurs, puis devint procureur général de la Société à Rome, où il la défendit contre des accusations de jansénisme et fut remarqué par le pape Benoît XIII.

Élu le 26 novembre 1727 évêque titulaire de Samos (sur les instances des Sulpiciens de Paris), il fut sacré à Rome le 25 décembre par le pape Benoît XIII, assisté de deux prélats de sa Maison assistants au trône pontifical, Mgr Santamaria, évêque titulaire de Cyrene et chanoine de la basilique St-Pierre, et Mgr Pizella, évêque titulaire de Constantina et chanoine de Ste-Marie-Majeure, le pape le des­tinant vraisemblablement à un vicariat apostolique aux Indes. Nommé procureur général des vicaires apostoliques des Indes orientales, il devint assistant au trône pontifical le 1er janvier 1728. Sur les instances de M. Le Peletier, supérieur général de St-Sulpice, il accepta le 25 mai 1729 (le roi ayant donné son accord le 19 février) la proposition de Mgr Duplessis de Mornay, évêque de Québec, de prendre la coadjutorerie c.f.s. de Québec (fonction confirmée par le Saint-Siège le 24 juillet 1730). Il arriva à Québec à la fin de l’été 1729 avec les pouvoirs de vicaire général et d’administrateur du diocèse. Mais incapable de toucher les revenus de l’évêché à cause de son statut de coadjuteur, il se devait de clarifier la situation et résolut de persuader Mgr de Mornay de prendre une décision : revenir au Canada ou présenter sa démission. Il quitta Québec pour la France le 15 octobre 1732. Mgr de Mornay préféra démissionner. Devenu évêque en titre le 12 septembre 1733 (le 4e de Québec), Mgr Dosquet fit prendre possession de son siège par procuration donnée au chanoine de Lotbinière, et revint à Québec le 16 août 1734, pour retourner en France le 17 octobre 1735, officiellement pour raisons de santé, mais apparemment décidé à ne pas revenir, surtout parce qu’il ne supportait plus les tensions qu’il avait créées. Sa démission, présentée en 1738 sous la pression de la Cour en échange d’une rente viagère, ne fut cependant acceptée que le 25 juin 1739. Il assista au sacre de son successeur, Mgr Pourroy de Lauberivière, qui eut lieu à St-Sulpice le 16 août 1739. Redevenu directeur du séminaire des Missions étrangères de Paris en mai 1737, il reçut en commende le 11 octobre 1739 l’abbaye de Braîne près de Soissons, se retira en 1741 à Rome, revint à Paris en 1758 pour y exercer les fonctions de vicaire général, et y mourut le 4 mars 1777, de la maladie de la « pierre » (lithiase).

Seul évêque du Régime français non issu des rangs de la noblesse, homme attaché aux règles, quelque peu janséniste tant pour la discipline que pour la doctrine (il fit signer à son clergé une adhésion explicite à la condamnation de l’Augustinus par Alexandre VII et à la bulle Unigenitus de Clément XI), il se montra trop autoritaire, peu diplomate, et manquait de tact.

Pieux mais incapable d’assumer les sacrifices inhérents à son état et trop rapace en matière financière, il n’avait ni le caractère ni la personnalité pour rétablir la situation du diocèse troublée par les bouleversements qui avaient suivi le décès de Mgr de St-Vallier. Il fut peu aimé et eut comme ses prédécesseurs de violents démêlés avec les autorités civiles au sujet du commerce de l’eau-de-vie, se heurta aux Hospitalières et aux Ursulines, se querella avec son chapitre, et imposa des contraintes qui parurent mesquines (interdiction de la perruque au clergé, défense aux maîtres d’école d’enseigner à des élèves de sexe différent, etc.). Il trouvait le clergé canadien trop indépendant et voulait mieux l’encadrer à l’aide de prêtres français. Il chercha sans succès à faire augmenter la dîme, qui était au vingt-sixième. Il n’avait ordonné qu’un seul prêtre durant son séjour au Canada, où il ne passa d’ailleurs que quatorze mois durant un épiscopat de six ans. Il fut le premier évêque à faire partie du Conseil du séminaire de Québec, en qualité de directeur des Missions étrangères de Paris, et le premier évêque de Québec à avoir un vicaire général à l’étranger pour servir d’intermédiaire avec le Saint-Siège et la cour de France, avec mission particulière de recruter des prêtres pour le Canada et l’Acadie (14 viendront entre 1734 et 1755).

Devise : aucune
Armoiries : ARC 87
Iconographie : ARC 87
Mandements : Mandements, lettres pastorales et circulaires des évêques de Québec. v. 1, Québec, 1887, 529-552.
Bibliographie : on se référera à la bibliographie compilée par J.-G. Pelletier dans DBC/4, 240.


AUTRES NOTICES EN LIGNE


PORTRAITS DES ÉVÊQUES ET ARCHEVÊQUES

Photographies des portraits des évêques et archevêques du grand salon de l’Archevêché de Québec sur les originaux conservés au Musée de la civilisation (Collection Archevêché de Québec). Huile sur toile sauf  :

  • Card. VACHON : photographie originale par Kdel (Québec).
  • Card. OUELLET : photographie originale par Studio Guy Raymond (Québec)