Mgr Charles-Omer GARANT

(1899-1962)
Auxiliaire de Mgr Maurice Roy, 1948-1962


NOTICE: Jean LeBlanc, Dictionnaire biographique des évêques catholiques du Canada : les diocèses catholiques canadiens des Églises latine et orientales et leurs évêques : repères chronologiques et biographiques 1658-2012, Montréal, Wilson & Lafleur, 2e éd., 2012, pp. 535-536.
Avec l’aimable autorisation de la Maison d’édition, 17 mai 2019.


Né le 9 juillet 1899 à Notre-Dame-de-Lévis, fils d’un agent d’assurance, il fit ses études primaires au pensionnat St-Louis-de-Gonzague de Québec (1905-1909), et ses études classiques (B.A., 1919) et théologiques au séminaire de Québec (licence en phi­losophie, 1921 ; doctorat en théologie de l’Université Laval, 1923). Il fut ordonné prêtre le 10 mai 1923 par le cardinal Bégin, archevêque de Québec. Nommé professeur de théologie dogmatique au grand séminaire de Québec, il alla de 1924 à 1928 poursuivre des études à Rome (licence en Écriture Sainte de l’Institut biblique pontifical) puis à Jérusalem (École biblique). Affecté à son retour à l’enseignement de la philosophie à la Faculté des arts de l’Université Laval, il devint en 1929 pro­fesseur d’Écriture Sainte, d’hébreu et de grec biblique à la Faculté de théologie de la même université. Agrégé au séminaire en 1937, il devint secrétaire puis doyen de la Faculté de théologie de 1946 à 1948. Il assuma aussi durant cette période (1935-1948) l’aumônerie des Associations patronales catholiques du Québec et, à partir de 1938, la charge de vice-supérieur et de préfet des études au grand séminaire, et fit partie de la direction de l’École des sciences sociales et poli­tiques.

Élu le 24 avril 1948 évêque titulaire de Zorolus et auxiliaire de Québec, il fut sacré le 29 juin dans l’église St-Roch de Québec par Mgr Antoniutti, archevêque titulaire de Synnada in Phrygia et délégué apostolique, assisté de Mgr Roy, archevêque de Québec, et de Mgr Pelletier, évêque de Trois-Rivières. Il mourut à Québec, des suites d’une longue maladie, le 21 octobre 1962, peu après l’ouverture du Concile, et fut inhumé dans la crypte de la cathédrale.

Doté d’une robuste constitution, sportif, ce fut avant tout un intellectuel et un éducateur dont la rudesse apparente cachait une grande sensibilité. Comme en témoignent ses publications, il s’intéressa particulièrement à la morale sociale, soutint l’action de la Commission sacerdotale d’études sociales (dont il fit partie avant et après son sacre, et dont il défendit les membres à Rome contre des accu­sations de communisme), et était près des positions de l’abbé Gérard Dion, qu’il protégea des représailles des politiciens et des clercs pro-duplessistes.

Devise : IN JUSTITIA ET CARITATE
Armoiries : CE (1950)
Iconographie : AR2 59

Œuvres :

  • L’Église et le problème politique… Québec, 1935.
  • L’Église au secours de la société. Québec, 1937.